Capharnaüm

Partagez | .
rp #3
Grande Déesse
avatar

Carte de l'aventurier

Messages : 133
Date d'inscription : 24/11/2013
Voir le profil de l'utilisateur http://capharnaum.forumactif.fr
# rp #3 @ Mar 8 Juil - 10:16
ft. V
#D16EB7

Naïve ? Oui.
Léa, elle voulait découvrir le monde qui lui tendait les bras. Elle voulait visiter chaque planète de cette galaxie. La gamine voulait voir si certaines ressemblaient à celles dont elle a souvent rêvé. Peut être, qui sait ? Elle ne connaissait que la planète remplie d'eau... Ah oui, Aspera. Alors Léa, elle voulait voir cette planète qui ressemblait au soleil de loin. Elle était lumineuse. Si lumineuse. Elle t'attirait, elle était si belle de loin.

Une étoile.

Ah, voilà ce que cela t'évoquait. Une belle étoile. Alors Léa, elle a été sur la planète lumière en étoile filante. La jeune insouciante espère en prendre plein la rétine. Et si il s'agissait de la planète où les étoiles filantes se reposent ? Que c'était excitant ! Alors Léa est « partie à la conquête d'un nouveau territoire » comme elle aime appeler ses petites expéditions.

Mais la petite Léa, elle a vite déchanté. C'est que la planète n'était lumineuse... Qu'en apparence. Son noyau était bien plus sombre que ce que Léa avait pu apercevoir. Alors Léa elle avait eu ses rêves brisés. Il n'y avait pas d'étoiles filantes qui y vivaient et aucune autre chose lumineuse d'ailleurs.

Il faisait si sombre, les êtres vivaient tapissés dans l'ombre, ils semblaient malsains, infréquentables. Léa tourna sur elle-même. L'atmosphère était oppressante. Tellement oppressante. Son cœur palpitait, sa respiration se saccadait. La fillette a l'impression de voir un de ses cauchemars se matérialiser devant elle. Elle a peur. Léa hésitait, elle ne savait pas ce qu'elle devait faire. Peut être devrait-elle courir, le plus vite possible, jusqu'à trouver un moyen de transport ou tout simplement, pour se cacher.

Alors, à deux doigts de fondre en larmes, elle s'est mise à courir aussi vite que ses jambes le pouvaient. Elle ne savait pas où elle allait, mais elle courait et c'est tout ce qui l'importait.

Crispe ses petits doigts sur son fémur qui craque

Léa est arrivée dans une usine désaffectée. Elle était tellement sale, tellement sombre. La petite fille qui rêve d'un monde rose a peur. A si peur. Du verre est jonché sur le sol, les fenêtres sont brisées, le sol est abîmé. Léa avance d'un pas incertain, lentement. Tout se ressemble. Léa se perd.

Avec des cris pareils à des ricanements,

Léa tremble. Léa halète. Léa avance. Un bruit. Des ciseaux qui claquent. Silence.

Et, comme un baladin rentre dans la baraque,

Une ombre file et se faufile, se revêtant d'un drap. Son visage dans la pénombre ne lui inspire pas confiance. Alors Léa avance, doucement, elle veut fuir. Discrète.

Rebondit dans le bal au chant des ossements.

Mais pas assez. On l'interpelle. Léa tourne la tête et regarde la créature, cachée derrière un linge noir.

Léa rigola nerveusement. Ce rire était forcé, elle voulait rompre le silence qui l'oppressait. Fuir ? Elle ne pouvait pas. C'était un labyrinthe. Elle était ce rat de laboratoire pris au piège dans sa cage. Alors la gamine s'approcha de l'inconnu masqué. Peur ? Peut être. Mais Léa aime croire que tout le monde est gentil alors elle se mit à sautiller sur place.
Dis, dis, dis. Tu m'as fait un peu peur tu sais. Comment tu t'appelles ? Moi je m'appelle Léa. Je suis ravie de te connaître. Pourquoi tu portes un masque, dis ?
Naïve ? Un peu trop peut être.
rp #3
Page 1 sur 1